Blog

L'eau des pâtes frémit, le poulet dore dans le four, le lave-linge ronronne quand tout à coup... les plombs sautent. Plus d'électricité. Si votre installation électrique est protégée par des fusibles, ceux-ci viennent certainement de jouer leur rôle. Comment fonctionnent-ils et peut-on les changer soi-même ? Explications.
A quoi servent les fusibles de votre tableau électrique ?

Bon à savoir : toutes les installations électriques domestiques ne sont pas protégées par des fusibles : les coupe-circuits à fusibles sont des dispositifs de sécurité propres aux installations électriques « anciennes ». Depuis 2015, ils ne sont plus autorisés dans les constructions neuves ni les rénovations électriques importantes. Les installations récentes sont protégées par des disjoncteurs.

Si votre installation électrique est protégée par des fusibles, ces derniers se font discrets dans leur tableau électrique, lorsque l’installation fonctionne correctement. Mais en cas de surintensité ou court-circuit, ils « grillent » et l’électricité est coupée sur la partie de votre installation qui peut vous mettre en danger ou subir des dégâts.

Dans quels cas un fusible électrique grille-t-il ?

Deux cas sont fréquents :

– Vous avez trop d’équipements qui fonctionnent en même temps sur la même alimentation électrique : cette partie de votre installation est en surcharge

– Un équipement défaillant (branchement défectueux, mauvaise isolation des fils…) a entrainé un court-circuit

Conséquences : si c’est le fusible électrique protégeant le circuit d’alimentation d’un appareil électroménager – par exemple la machine à laver – qui a grillé, l’appareil ne donne plus aucun signe de vie, même pas le voyant de marche.

Si c’est un fusible éclairage qui a grillé, certaines pièces peuvent être dans le noir.

Bon à savoir :

Si vous avez plus d’appareils électriques qu’auparavant, vous avez peut-être besoin de changer la puissance que vous avez souscrite. Contactez votre fournisseur d’électricité pour le vérifier.

Peut-on changer soi-même un fusible dans un tableau électrique ?

Si les coupe-circuits à fusibles sont repérés sur le tableau électrique, autrement dit, si les circuits qu’ils protègent sont identifiés par des étiquettes, et si l’installation est munie de fusibles de type cartouche avec pastille témoin (une des extrémités est souvent rouge), il est envisageable de changer vous-même un fusible en prenant absolument soin, au préalable, de couper le courant : positionnez le disjoncteur général de votre installation électrique sur « OFF » ou sur « 0 » (zéro). Pour information, celui-ci n’est pas toujours situé sur le tableau électrique.

Si les circuits alimentant les équipements de votre logement ne sont pas repérés par des étiquettes ou si les fusibles ne comportent pas de pastille témoin, par mesure de sécurité mais aussi pour vous faciliter la tâche, nous vous recommandons de faire appel à un électricien qui identifiera l’origine de la panne de courant et procèdera aux réparations nécessaires sur votre installation électrique.

Installation électrique : comment assurer votre sécurité ?

L’installation électrique est un élément clé de votre sécurité ! Pour vous assurer qu’elle a bien été réalisée dans les règles de l’art et qu’elle répond aux normes en vigueur, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel qualifié pour faire réaliser un diagnostic sécurité électrique. Pensez également à sécuriser votre installation électrique extérieure.

Source: https://particulier.edf.fr/fr/accueil/guide-energie/electricite/diagnostic-electrique.html

Vous vous apprêtez à vendre ou à louer votre logement dont l’installation électrique a plus de 15 ans ? Dans ce cas, vous ne pourrez pas passer à côté de la case « diagnostic électrique ». Essentiel pour garantir la sécurité des personnes et des biens, le diagnostic électrique est obligatoire. Mais à quoi sert-il ? Comment se déroule-t-il ? Explications...
Diagnostic de l’installation électrique : la sécurité avant tout

Commençons par le commencement. En France, le diagnostic électrique d’un logement est obligatoire pour la vente d’un bien immobilier et pour la location, lorsque l’installation intérieure d’électricité a plus de 15 ans.

L’objectif de ce diagnostic ? Dresser l’état des lieux des risques pour la sécurité électrique et ainsi informer l’acheteur ou le locataire de l’état de l’installation électrique du logement.

Petit résumé des infos à connaître :

–    Diagnostic électrique dans le cadre de la vente d’une maison ou appartement : tous les types de logements de plus de 15 ans sont concernés. L’évaluation a une validité de 3 ans à compter de sa réalisation et est à la charge du vendeur.

–    Diagnostic électrique et location : là aussi, sont concernés toutes les nouvelles locations ou renouvellements pour les logements dont l’installation électrique a plus de 15 ans. Ce diagnostic électrique, dont la validité est de 6 ans, est à la charge du propriétaire.

 

Comment se déroule le diagnostic électrique ?

Le diagnostic porte sur l’ensemble de l’installation électrique située en aval du disjoncteur général du logement (et des éventuelles dépendances). Le diagnostic électrique concerne notamment le tableau électrique, les disjoncteurs, les prises et circuits électriques… Il ne s’applique pas aux équipements eux-mêmes (lave-linge, plaques de cuisson, etc.). Sachez également que cette évaluation ne repose que sur les parties visibles de l’installation… donc pas de meubles à déplacer !

Le saviez-vous ?

Si le diagnostic électrique révèle une non-conformité, le propriétaire reste seul décideur de lancer ou non des travaux de mise en sécurité de l’installation électrique. En revanche, il doit obligatoirement transmettre un « état de l’installation intérieure d’électricité » à l’acheteur ou au locataire avant la signature de la vente ou du bail, intégré au sein du Dossier de Diagnostic Technique (DDT).

Pour les logements ayant fait l’objet de travaux par un électricien, l’attestation visée par Consuel remise par le professionnel aura valeur d’« état de l’installation intérieure d’électricité », si l’attestation a moins de six ans.

Le diagnostic électrique doit-il être réalisé par un professionnel certifié ?

Attention à ne pas confier cette évaluation à n’importe qui. Le diagnostic électrique n’est recevable que s’il est effectué par un professionnel certifié ayant souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle. Le technicien a la charge de vérifier :

• La qualité de l’installation électrique,
• L’évaluation des risques pour les habitants,
• L’adéquation entre les matériels électriques (câble électrique, disjoncteur…) et les appareils électriques du logement (gros électroménager, chauffage, volets roulants…).

Quels sont les 6 points de sécurité électrique à vérifier ?

1.    La présence d’un disjoncteur général facilement accessible chez vous, pour couper l’intégralité de l’installation électrique en cas d’urgence
2.    La présence d’un dispositif de protection (disjoncteur, fusible) contre les surintensités adapté à chaque circuit d’alimentation, pour protéger les conducteurs des câbles électriques d’éventuels courts-circuits ou surcharges
3.    La présence d’au moins un disjoncteur différentiel ayant une sensibilité (seuil de coupure d’électricité) adaptée à l’intensité du circuit, pour détecter les fuites de courant vers la terre et ainsi couper automatiquement le courant
4.    La présence d’une installation électrique adaptée aux pièces d’eau comme la salle de bain, pour éviter les risques d’électrocution : en limitant les équipements électriques proches des points d’eau et en reliant entre elles et à la prise de terre les différents éléments métalliques transportant l’électricité (liaison équipotentielle)
5.    La présence de matériels électriques en bon état et adaptés, pour éviter les risques d’électrisation voire d’électrocution
6.    La présence de conducteurs électriques mis sous conduits, plinthes ou autres matières isolantes, pour augmenter la sécurité et éviter leur dégradation.

Voilà, vous savez tout maintenant sur le diagnostic électrique… Nous vous souhaitons une bonne vente ou une bonne location !

 

Source: https://particulier.edf.fr/fr/accueil/guide-energie/electricite/diagnostic-electrique.html

MONACORSU -Électricité générale-Installateur bornes de recharge pour VE. Alpes maritimes et Monaco.
MONACORSU -Électricité générale-Installateur bornes de recharge pour VE. Alpes maritimes et Monaco.
Les voitures électriques ont le vent en poupe. Depuis le premier confinement tout particulièrement, les habitudes des automobilistes ont évolué, faisant exploser les ventes. Pour les nouveaux propriétaires, une question se pose : quelle est la meilleure solution pour recharger son véhicule électrique à domicile ? Réponses dans cet article.
Installer une borne de recharge pour sa voiture électrique, à la maison ou dans sa copropriété

Les chiffres ne trompent pas : les voitures électriques gagnent du terrain en France. La mobilité électrique semble s’installer dans le quotidien des Français et ce, à un rythme plus élevé que les prévisions1. Si certains modèles semblent particulièrement séduire, la question de la recharge à domicile d’une voiture électrique se pose. Selon l’Avere (Association pour le développement de la mobilité électrique), la majorité des recharges (90 %) s’effectue d’ailleurs au domicile ou sur le lieu de travail, et non sur les bornes publiques.
Pour ce faire, que vous habitiez en maison individuelle, dans une copropriété ou dans un immeuble, il vous faudra peut-être installer une borne de recharge pour votre voiture électrique, ou une prise dédiée. Car s’il est possible de recharger depuis une prise traditionnelle à l’aide d’un câble spécifique (le câble « Mode 2 »), le temps de recharge est néanmoins très long, et il est fortement recommandé d’utiliser une prise renforcée spécifique pour véhicule électrique, ou une Wallbox.

Vous habitez une maison individuelle ?

Rassurez-vous, l’installation d’une borne de recharge de voiture électrique à domicile ou d’une prise renforcée n’est pas mission impossible, loin de là. Rien de plus simple que d’envisager l’emplacement de votre point de charge : il vous suffit de disposer d’une prise de terre, et de faire appel à un électricien spécialisé. Ce dernier réalisera un diagnostic électrique de votre logement, afin de procéder à l’installation de la prise ou de la borne de recharge électrique.
Généralement, la borne ou la prise sera installée sur un mur du garage. Si ça n’est pas possible, elle sera installée sur un pied.

> Installer une prise renforcée

 

Première option, la prise électrique renforcée. Elle ressemble à une prise électrique domestique classique mais est conçue pour permettre un grand nombre de branchements/débranchements du câble de charge, et autoriser la charge jusqu’à 16 A. Cette prise est équipée d’un petit aimant, pour indiquer à certains cordons de  charge « mode 2 » compatibles que la charge peut se faire jusqu’à 14 A. Avec une prise renforcée, recharger complètement une voiture électrique récente équipée d’une batterie de 50 kWh vous prendra quand même près de 15 heures. Pour les frais d’installation de cette prise électrique pour voiture, prévoyez 500 euros environ.

Laurence, propriétaire d’une Zoé depuis 2015, ainsi que d’un véhicule hybride rechargeable depuis début 2020, a opté pour cette solution : « On recharge la Zoé exclusivement à la maison, comme elle sert seulement pour des petits trajets. La voiture hybride rechargeable, on la recharge aussi à la maison pour le quotidien, et on la passe en mode essence pour les longs trajets, comme lors des départs en vacances. Une fois arrivés à destination, on profite des bornes de recharge installées sur les parkings publics pour revenir à l’électrique !  

 

Opter pour l'installation d'une borne de recharge ou « Wallbox »

La seconde option, recommandée par les constructeurs de voitures électriques, est la borne de recharge, aussi communément appelée « Wallbox » (coffret mural). D’une puissance de charge supérieure à la prise renforcée et assurant une sécurité optimale, elle est le parfait chargeur pour voiture électrique à la maison. Les modèles vont typiquement de 3,7 kW à 7,4 kW en monophasé, plus rarement pour la maison de 11 kW à 22 kW en triphasé. Charger votre véhicule électrique avec une batterie de 50 kWh prendra deux heures à 22 kW si le véhicule le permet, sinon sept heures à 7,4 kW.

Le plus souvent, ces Wallbox permettent de recharger en heures creuses (par exemple la nuit) si elles sont asservies au compteur de la maison, tout en laissant bien sûr la possibilité de forcer la charge en heures pleines. De plus, certaines Wallbox peuvent moduler la puissance de charge pour ne pas dépasser la puissance souscrite pour le logement. Par exemple, si vous utilisez votre cafetière et votre four en même temps que vous rechargez, la Wallbox va réduire la puissance de charge du véhicule pour ne pas risquer de faire disjoncter votre installation au niveau de votre compteur électrique.

Laurence a déjà envisagé cette option : « Avec l’acquisition de notre hybride rechargeable, on s’est posé la question de mettre une borne de recharge électrique rapide, mais finalement on ne l’a pas fait, la prise renforcée nous suffit pour le moment. Le temps de charge est plus lent, mais ça convient pour nos petits trajets du quotidien. Nous branchons l’hybride rechargeable tous les soirs, et rechargeons la Zoé une fois toutes les semaines à peu près, voire beaucoup moins souvent maintenant avec le télétravail ! En revanche, si nos besoins viennent à évoluer, nous passerons à la Wallbox ».

Vous habitez un immeuble ou une résidence ?

L’installation d’une borne de recharge pour véhicule électrique dans un logement collectif diffère légèrement de celle dans les maisons individuelles. Tout d’abord, au nom du « droit à la prise », vous êtes en droit de demander la mise en place d’une borne de recharge pour voiture électrique en copropriété au sein du parking de votre résidence, si celui-ci est clos et couvert. Pour effectuer votre demande, il vous faut envoyer un courrier recommandé avec avis de réception au syndic de copropriété, ainsi qu’au propriétaire de votre logement si vous êtes locataire.
Et depuis 2017, les copropriétés nouvellement construites et présentant jusqu’à 40 places de parking doivent pré-équiper au moins la moitié d’entre elles. Si le parc de stationnement dépasse les 40 places de parking, alors ce sont 75 % des places qui doivent être pré-équipées. 

Quelles aides pour l’installation d’une borne de recharge électrique chez soi ?

Dans l’habitat collectif, si l’installation de la borne de recharge pour véhicule électrique en copropriété n’a pas été effectuée au préalable, elle se fera à vos frais. Néanmoins, notez que certaines aides financières sont accessibles aux particuliers et aux immeubles collectifs pour la fourniture et l’équipement d’un point de recharge, au titre de la transition énergétique. Citons ainsi le programme Advenir, ainsi que plusieurs aides régionales. Concernant la prime Advenir, elle offre une aide financière pour le déploiement de points de recharge électrique en voirie, en entreprise ou dans les copropriétés (pour un usage individuel ou collectif).
L’objectif du programme est de financer plus de 45 000 nouveaux points de recharge d’ici à fin 2023. Mais attention, ce programme ne fonctionne pas pour les maisons individuelles.

Si vous êtes propriétaire d’une maison ou d’un appartement, vous pourrez bénéficier d’un crédit d’impôt jusqu’à 300 euros pour l’achat d’une borne de recharge et son installation dans votre garage ou dans le parking de votre immeuble2.

Comme le rappelle Laurence, « Les voitures électriques, ça n’émet pas de pollution à l’usage et c’est tellement pratique. » Alors, n’hésitez plus !